Le projet Oasis de Colibris

Partout en France et dans le monde, des collectifs citoyens créent de nouveau lieux écologiques et solidaires : écohameaux, habitats participatifs écologiques, tiers-lieux… Ces lieux, nous les appelons des oasis. Ils inventent le vivre-ensemble de demain et proposent une synthèse des envies d’autonomie, de partage, de convivialité…

Depuis fin 2014, Colibris a lancé un vaste projet pour faciliter l’émergence et le développement de ces lieux. Trois ans plus tard, début 2018, 700 lieux travaillent en réseau. Ils inspirent aussi des centaines de projets à naître dans les prochaines années.

Pour remplir sa mission, Colibris a mis en place de nombreux outils : des formations (notamment le MOOC « Concevoir une oasis », suivi par plus de 32 000 personnes en 2016 et 2017), des accompagnements par les « compagnons oasis », des bases de données, des outils numériques collaboratifs… Et depuis 2018, un nouvel outil pour soutenir le financement de ces lieux : la Coopérative Oasis.

desoasis

Un besoin de financer les oasis

Les oasis proposent des modèles innovants et plusieurs ont déjà expérimenté la difficulté d’accéder à un prêt bancaire. En fait, l’évaluation du risque dans un projet collectif est complexe et demande des compétences que la très grande majorité des banques n’ont pas.

Il existe de plus des besoins non couverts par les banques. Citons l’exemple des prêts relais, nécessaires dans une propriété collective, pour rembourser des habitants qui partent en attendant l’arrivée de nouveaux habitants. Citons aussi l’exemple des bâtiments communs que les banques sont très frileuses à financer et qui sont pourtant au coeur de l’habitat participatif.

Quelques projets ont déjà réussi à monter leur propre financement citoyen, comme Habiterre dont la maison commune a été financée par l’épargne de plus de 90 foyers. De nombreuses oasis souhaitaient emboiter le pas, mais manquaient de compétences. Colibris s’est donc lancé dans la création d’un outil partagé, un bien commun en quelque sorte, qui permet l’accès à des prêts citoyens sans passer par des plateformes aux commissions mirobolantes.

La Coopérative Oasis est née en réponse à la demande de nombreuses oasis. Elle a aussi la conviction que beaucoup d’entre nous veulent donner du sens à leur épargne. Nous pouvons investir dans des projets concrets et utiles.

Une SCIC comme outil de financement citoyen

La démarche collective du projet nous a donné l’envie de construire une coopérative et le format de SCIC s’est vite imposé avec les conseils de plusieurs spécialistes de l’économie sociale et solidaire.

Une SCIC est une société coopérative d’intérêt collectif. C’est une société commerciale qui se donne des contraintes d’intérêt collectif et de bien commun, et bénéficie en conséquence de plusieurs avantages : elle peut recevoir des subventions, elle peut faire appel à des bénévoles, elle facilite des agréments…

Une SCIC se compose de collèges. La Coopérative Oasis comporte 6 collèges : celui des fondateurs, celui des producteurs (salariés, bénévoles, prestataires permanents), celui des oasis bénéficiaires, celui des investisseurs solidaires (vous potentiellement !), celui des partenaires (experts, partenaires financiers…) et celui des accompagnateurs de projet. Cette gouvernance collégiale garantit une forme d’intelligence collective via la prise en compte des points de vue de toutes les parties prenantes du projet. Notre SCIC a également choisi de fonctionner grâce à des outils de gouvernance partagée, notamment la décision par consentement.

Télécharger les statuts de la SCIC.

Les acteurs de la coopérative

La SCIC est aujourd’hui pilotée par un conseil d’administration de 6 personnes :

mathieu

Mathieu Labonne

Mathieu est le président et directeur général de la SCIC. Directeur de Colibris et coordinateur du projet Oasis, il est à l’origine du projet de la Coopérative Oasis et a monté la SCIC et rassemblé les différents acteurs. Il connaît aussi bien le montage d'un projet en tant que fondateur de l'écohameau du Plessis en Eure-et-Loir. L'aventure de cette SCIC est pour lui l’occasion de faire passer un cap supplémentaire au projet Oasis dans le soutien de ces beaux lieux qui émergent partout.

dominique

Dominique Schalck

Dominique est consultant pour le montage et le développement de structures de l’économie sociale et solidaire (associations, fondations, coopératives…), administrateur de la Fondation pour une Terre Humaine, du fonds Habitats et Familles Solidaires, et trésorier du fonds Educations Plurielles. Il a participé à la création de plusieurs SCIC et apporte ses connaissances juridiques et financières au projet.

gabrielle

Gabrielle Paoli

Gabrielle est chargée de mission du Projet Oasis et responsable des publications (Colibris le Mag, collection « Domaine du possible » chez Actes Sud, cahiers nature Nathan…) au sein du mouvement Colibris. Diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon en littérature française et de Sciencespo Paris en affaires publiques, elle a voulu mettre son énergie au service de la société française et de la transition. Elle est en lien avec les centaines d'oasis de France.

nicolas

Nicolas Granier

Nicolas a été, pendant 25 ans, avocat en fusions-acquisitions en qualité d’associé dans une firme internationale d’audit et de conseil. Désormais Nicolas s’est tourné vers les métiers du coaching et de l’accompagnement à la transition auprès des personnes, notamment les jeunes, et des organisations. Il est porteur d’un projet d’Oasis dans le sud de la France.

Anselm

Anselm Ibing

Né en Allemagne, il a fait des études de relations internationales et de langue arabe au Royaume-Uni puis travaille au Moyen Orient dans l’écologie et le développement durable. Il habite depuis 7 ans en France et a d'abord travaillé en France comme entrepreneur et consultant sur les circuits courts alimentaires et la permaculture. Désormais apiculteur et en installation agricole, il est aussi "compagnon oasis" conventionné avec Colibris et représente à ce titre le collège des accompagnateurs au CA de la Coopérative. En mai 2019, il a pris le relai d'Ingrid Avot, architecte et accompagnatrice de projets d'habitat participatif près de la Rochelle.

thomas

Thomas Lefrancq

Papa de Yann et de Gautier, plutôt Ch’ti mais pas que. Ingénieur en génie urbain depuis 2001 mais pas que non plus… Après la création du Château partagé en 2009, lieu collectif en Savoie, il prend un congé parental pour construire son four à pain et passer le CAP de Boulanger. Depuis il fabrique du pain bio deux fois par semaine pour le plaisir des habitants et des épiceries du territoire. Elu sur la commune de Dullin depuis 2014, ses journées sont bien sûr trop courtes. En tant que représentant du Château partagé, il représente les oasis bénéficiaires au sein du CA.

La SCIC a également recruté Jean-Philippe Cieslak pour mener à bien les différents projets et notamment pour animer le réseau des oasis bénéficiaires.

jean-philippe

Jean-Philippe Cieslak

Jean-Philippe a été professeur en collège avant de monter une entreprise de promotion immobilière spécialisée dans l'habitat participatif écologique. A ce titre, il a accompagné le montage financier de nombreux projets. Il a ensuite fondé et coordonne une oasis en Bourgogne, l'îlot des Combes. Il a accepté de mettre son expérience au service de la Coopérative en parallèle de cet engagement.

Plusieurs membres de Colibris donnent aussi des coups de main pour faire réussir ce projet ambitieux : Florian pour le site internet, Nathalie pour la communication, Bernard pour le compte en banque, Grégory pour le web… La Coopérative Oasis n’existerait pas sans l’engagement de Colibris.

Pour nous écrire, rendez-vous sur la page contact.